LA FORMATION INITIALE DE L’ACTEUR DANS LES CONSERVATOIRES DES OBJECTIFS ET DE LA METHODE

Anpad

 

 

 

Association Nationale des Professeurs d'Art Dramatique

29 novembre 2015 de 10h à 19h

Programme
Journée de recherche de l'anPad
auditorium du Conservatoire Charles Munch
7 rue Duranti 75011 PARIS
 

LA FORMATION INITIALE DE L'ACTEUR DANS LES CONSERVATOIRES

DES OBJECTIFS ET DE LA METHODE

 

Matinée

10h : accueil
10h30-11h15 : Intervention de Bruno Tackels, Philosophe et critique de théâtre : Le lien nécessaire entre pensée et travail de plateau

11h15-12h00 : Intervention de Nathanaël Harcq, Acteur et directeur de l'ESACT – Conservatoire Royal de Liège : L'apprentissage des règles de l'art et la transformation des moyens de production

12h15-13h00 : Intervention de Stéphane Poliakov, Metteur en scène et maître de conférences (Paris 8) : La formation de l'acteur et le geste de l'artiste-pédagogue / La question des apprentissages fondamentaux et de la méthode à travers la figure de Stanislavski

 

Après-midi

14h15-15h15 : Débats avec les trois invités

15h30-16h30 : Groupes de travail. Quels objectifs et quelles méthodes pour l'enseignement initial du théâtre ? Quels moyens pour enseigner le théâtre dans les conservatoires ?

16h30-17h00 : Restitution des groupes de travail et conclusion de la journée

 

Pour découvrir le site de l'ANPAD cliquez ici


Théâtre | 2 décembre 2015 à 16h30 : David Murgia et l’équipe de « Discours à la nation » seront à l’ESACT pour une répétition générale dans le cadre d’une reprise du spectacle en région liégeoise.

Discours à la nation

Le mercredi 2 décembre prochain à 16h30, nous aurons le plaisir d’accueillir David Murgia et l’équipe de « Discours à la nation » pour une répétition générale dans le cadre d’une reprise du spectacle en région liégeoise.

DISCOURS A LA NATION
A REMPORTE LE PRIX DU PUBLIC FESTIVAL OFF/AVIGNON, MEILLEUR SPECTACLE THÉÂTRE !

TELECHARGER LE DOSSIER DE PRESSE

Avec sa langue inimitable, à la poésie sautillante, à l’humour ravageur, à la fois tendre et vipérine; avec sa conscience politique et un véritable amour des “petites gens”; avec son sens aigu de la musicalité des mots : avec tout ça, Ascanio Celestini a construit en quelques années une grande oeuvre de théâtre. Discours à la nation en marque un tournant important. Pour la première fois, Celestini n’a pas écrit pour lui mais pour un autre, en l’occurrence le comédien David Murgia. Et, s’il évoque une nouvelle fois la relation entre la classe dominante et la classe dominée, Celestini renverse ici son point de vue : cette fois, ce sont les puissants qui parlent.
Dans des harangues enflammées ou des discours d’un cynisme suffoquant, au milieu d’un tas de caissettes de bois, David Murgia donne vie avec férocité et un plaisir visible à ces politiciens ou chefs d’entreprise dont le discours, débarrassé de son vernis de respectabilité, se pare d’un grotesque aussi comique qu’effrayant. La docilité du peuple, la démission des syndicats, le marché globalisé, tout cela est salué par des personnages hilares et dénués du moindre remords.
Entrecoupant ces discours de ces petites historiettes riches de sens dont il a le secret, Celestini produit un spectacle tout simplement magistral, où l’on rit aux éclats mais qui met aussi le doigt, là où ça fait mal, sur les aberrations de nos sociétés modernes. Et, simplement accompagné par la guitare de Carmelo Prestigiacomo, David Murgia livre au passage une prestation saisissante, confirmant son immense talent. Un régal.

Source : Théâtre National

Marion Boudier “Avec Joël Pommerat”

avec-joel-pommerat

"J’ai le plaisir de vous annoncer la sortie de mon livre sur le travail de Joël et de la Compagnie Louis Brouillard : Avec Joël Pommerat, un monde complexe, Actes-Sud, coll « Apprendre ».

J’ai commencé à l’écrire pendant l’atelier à Liège l’année dernière, période très inspirante !" Marion BOUDIER

MARION BOUDIER

Avec Joël Pommerat

Parution en librairie le 4 novembre

Depuis vingt-cinq ans, Joël Pommerat, avec la compagnie Louis Brouillard, cherche à rendre le réel à son plus haut degré de vérité et d’intensité en scène. À travers le récit du travail en compagnie, la description du processus d’écriture des spectacles et l’analyse des grands thèmes développés par cet auteur-metteur en scène, ce livre est une première étude de ces années de recherche.
Loin d’en fixer le sens, cette synthèse propose d’en appréhender quelques grands principes pour mieux saisir les variations d’une oeuvre en constante réinvention.
Il s’agit d’abord dans cet essai de donner au lecteur des repères dans le parcours et la démarche créatrice de Joël Pommerat, en soulignant la singularité de son
écriture avec le plateau et celle du fonctionnement de la Compagnie Louis Brouillard. La deuxième partie est plus analytique : partant de la pensée du réel développée par Joël Pommerat, elle s’intéresse à ce qu’il appelle “le trouble”, aux causes de cette perplexité et au type d’engagement proposé au spectateur, entre fascination, étrangeté et distance critique.
Cet essai, très documenté, met en relation les paroles de Joël Pommerat, en fait entendre tous les enjeux, et les replace dans une démarche évolutive, dans un contexte esthétique, historique et politique.
Docteur en Arts du spectacle et agrégée de lettres modernes, Marion Boudier est l’auteure de plusieurs articles sur le théâtre contemporain et sur l’oeuvre de Joël Pommerat. Membre actif de la revue Âgon, elle est coauteure du lexique De quoi la dramaturgie est-elle le nom ? (L’Harmattan, 2014). Elle travaille avec la Compagnie Louis Brouillard comme dramaturge depuis 2013 et a rédigé les postfaces de Cendrillon, Le Petit Chaperon rouge et Pinocchio (Babel nos 1182, 1246 et 1313).
Né en 1963, Joël Pommerat est auteur et metteur en scène. Il a fondé la Compagnie Louis Brouillard en 1990 dont l’activité et la notoriété se sont considérablement accrues depuis le succès d’Au monde en 2004. L’année suivante, il devient artiste associé à l’Espace Malraux-Scène nationale de Chambéry et de la Savoie (jusqu’en 2008). De mars 2007 au printemps 2010, il est artiste en résidence au théâtre des Bouffes du Nord à Paris, associé à Peter Brook. En 2012, il est artiste associé à l’Odéon-Théâtre de l’Europe à Paris. Joël Pommerat et sa compagnie ont été les invités du 60e Festival d’Avignon en juillet 2006. Tout son théâtre est édité chez Actes Sud-Papiers. En avril 2011, Joël Pommerat a reçu le Molière du meilleur auteur pour Ma Chambre froide. La Compagnie Joël Pommerat-Louis Brouillard a reçu en outre le Molière de la meilleure compagnie la même année.
Le nouveau spectacle de Joël Pommerat, Ça ira (1), Fin de Louis est créé en novembre 2015 au Théâtre des Amandiers à Nanterre.
De nombreuses pièces de Joël Pommerat sont par ailleurs en tournée en France et dans le monde pensant les saisons 2015-2016 et 2016-17.
ACTES SUD-PAPIERS
COLLECTION APPRENDRE
Format : 10 x 19 / 188 pages / 16 €
Disponible également en version numérique.


Théâtre | HA TAHFENEWAI!

Ha Tahfenewai

HA TAHFENEWAI !
Sophie Warnant & Romain Vaillant / Cie Sujet Barré
1/12 > 5/12 – FR ↗ NL
PRIX DE LA CRITIQUE 2015 "DECOUVERTE"

"★★★★ Du théâtre comme on l’adore parce qu’il met les pieds dans le plat, qu’il vous relâche tourneboulé, et parce qu’il tord le corps des comédiens pour mieux essorer notre corps social et lui faire dégorger ce qu’il a de plus tabou et moisi en lui... C’est d’abord et avant tout cette recherche corporelle des deux comédiens qui force le respect. L’un et l’autre sont soufflants de vérité.." Le Soir

Parler de santé mentale avec détachement, humour et poésie. Evoquer la place de ces prétendus « fous » dans notre société. Réinterroger la psychiatrie d’aujourd’hui, ses avancées et ses reculs. Voilà, en substance, un des objectifs poursuivis par Sophie Warnant et Romain Vaillant au travers de leur spectacle Ha Tahfénéwai !. Pour mieux comprendre ce sujet sensible et encore tabou, les deux comédiens ont passé un long moment dans deux institutions spécialisées, la clinique psychiatrique de la Borde en France et le centre de psychothérapie institutionnelle La Devinière, près de Charleroi…
Une pièce humaniste et subtile qu’il faut voir sans hésiter pour appréhender la maladie mentale avec un autre regard.

Réservez en ligne

Théâtre National
111-115 Bd E. Jacqmain
1000 Bruxelles
www.theatrenational.be
Facebook

Billetterie: 02 203.53.03
location@theatrenational.be


Message de Jean Claude BERUTTI

 "Vous avez bien lu sur les affiches que ça s’appelle "J'ABANDONNE UNE PARTIE DE MOI QUE J'ADAPTE". On vous a dit que vous deviez y consacrer une soirée dans votre emploi du temps très chargé, vous croyez même savoir qu’un des jeunes acteurs avec lesquels vous travaillez toute la journée a accompagné cette équipe dans sa "création ", mais vous trainez les pieds pour sortir encore ce soir…
Et puis, les voilà tous les quatre sur le plateau, une fille et trois garçons, qui miment ce qu’il imaginent que sont deux intellectuels parisiens au tout début des années soixante : ton haut perché, vin rouge et gauloises à satiété pour les hommes, discrétion élégante pour la femme : Edgard Morin et Jean Rouch (rien que ça) enquêtent sur le travail. Et c’est parti : en moins de deux, les cartes sont posées sur la table, sur le mode burlesque : la société des loisirs, le temps libre, le bonheur, l'aliénation au travail,  l’émancipation impossible. Ces quatre jeunes gens (plus les deux qu’ont ne voit pas et qui on porté l’ensemble à la scène) s’inventent l’époque bénie des 30 glorieuses de leurs grands-parents. On rit beaucoup, on admire leur habileté de comédien, mais surtout on est soufflé par la profondeur de l’analyse, le fil rouge du spectacle. Les choses ont-elles tellement changé en cinquante ans ? Sommes-nous toujours aussi insatisfaits de la manière dont le temps (du travail et des loisirs) se joue de nous ? Les oripeaux changent, les "travailleurs » interviewés se multiplient. On change de costume à vive allure, on est cinquante ans plus tard devant un Président de la république/chef d’entreprise sympathique autant qu’effrayant, qui présente la nouvelle loi et chante les vertus émancipatrices du travail et de la réussite. Pas besoin de vous faire un dessin. Mais rien de pesant là-dedans, on chante, on danse, on rit, on virevolte, les débats sont vifs, sérieux (le public les suit bouche-bée y reconnaissant bien un écho des émissions télévisuelles, mais là, sur la scène, tout est beaucoup plus clair, limpide, on comprend ce qui s’y dit, l’enfumage disparaît). Tout cela est monté à merveille sur scène par des jeunes gens qui n’ont pas trente ans, qui maitrisent le discours critique, s’en amusent et vous retournent comme un crêpe. Vous n’avez pas eu une seconde pour vous demander où vous étiez qu’ils vous cueillent alors avec une scène bouleversante de « burn out » comme on dit. Et tout cela se termine dans une nudité absolue, qui donne froid et vous réchauffe en même temps. En tout ça a duré 1h10 et à la question posée en début de représentation « C’est quoi le bonheur ? » vous pouvez répondre « Un bon spectacle ! ».


musique | Projet interdisciplinaire musique – arts plastiques | esavl | jeudi 19 et vendredi 20 novembre

workshop nov2015

Le Conservatoire Royal de Liège et l’ÉSAVL-ARBAL s’associent pour proposer une double manifestation : un concert-performance et un workshop interdisciplinaire.

Ouvert à tout public, un concert-performance de Pierre Berthet.
Il comprend un concert de la pièce musicale Galileo, pour cinq pendules sonores justement proportionnées, du compositeur Tom Johnson.
Et il se clôturera par une installation sonore à base de gouttes d’eau percutantes, plantes sèches frémissantes, réseaux de résonateurs et divers objets sonores.
Ce concert-performance se déroulera à l’ÉSAVL-ARBAL, Salle 7, à 18 h., le jeudi 19 novembre 2015.

À ce concert-performance est associé un workshop interdisciplinaire, animé par Pierre Berthet, réservé uniquement aux étudiants du Conservatoire Royal de Musique de Liège et de l’ÉSAVL-ARBAL, dans le cadre d’un projet plus général visant à stimuler les pratiques interdisciplinaires entre musique et arts plastiques.
Le workshop interdisciplinaire se déroulera à l’ÉSAVL-ARBAL, Salle 7, le jeudi 19 et le vendredi 20 novembre 2015, et se clôturera par un concert « performé » par les participants, en début de soirée le vendredi même.

Cette double manifestation est initiée par Brigitte Foccroulle (professeur au Conservatoire Royal de Liège) et Élisabeth Henry (professeur à l’ÉSAVL-ARBAL).

Plus d’informations en contactant Linda Iglesias, relations extérieures ÉSAVL-ARBAL, lindaiglesias@hotmail.com.
PDF du concert-performance de Pierre Berthet.

(Source: http://www.esavl.be/)


musique |hollywood meets classic | vendredi 4 décembre 2015 – 20h – Salle philharmonique de Liège

 "Star Wars" suite
John Williams

 (trilogie de George Lucas, 1977-1983)

 "West side story", medley
 Leonard Bernstein

(film de Jérôme Robbins et Robert Wise,1961)

Concerto "de Varsovie"
Richard Addinsell

(du film "Dangerous moonlight" de Brian Desmond Hurst, 1941)
Soliste: Jean-Pierre Moemars, piano

"Hollywood", six pictures
Ferde Grofé

(suite de ballet, 1935-1938)

I. On the Set - Sweepers
II. The Stand-in
III. Carpenters and Electricians
IV. Preview
V. Production Number
VI. Director - Star - Ensemble

"Ben Hur", suite
Miklos Rozsa

(film de William Wyler, 1959)

  1. Prelude
  2. Love's theme

III. Parade of the charioteers
(Parade des auriges, les conducteurs de chars)

Sur Youtube


Théâtre | Un projet issu d’un solo/carte blanche de l’ESACT à la 4ème édition du festival “Haïti Couleur Haïti Chaleur”

etape-zero

 

 

 

 

 

Haïti Couleur Haïti Chaleur

Après quatre représentations au théâtre de l'Ancre, "Etape zéro" le projet issu d'un solo/Carte Blanche de l'ESACT s'envole pour Haïti pour le festival international "Haiti Couleur Haïti Chaleur!"

Etape zéro:

Au cœur d'un no man's land post-apocalyptique, entre nature et décharge, deux êtres vivent. Ou plutôt cherchent à vivre au travers du conflit perpétuel qui s'établit entre eux dans une relation dominant-dominé toujours réinventée. Entre chamanisme et théâtralité, "Etape zéro" est un chaos poétique à la force primale qui invite à questionner notre responsabilité d’être vivant dans un monde vivant. Et si au lieu de contrôler la vie, nous cherchions à nous unifier à elle?

Porteur de projet : Nicolas Bruno (élève de l'Esact en agrégation) / Interprétation : Audric Chapus (élève de l'Esact en master), Nicolas Bruno / Régie son & lumières : Fred Verheyden

Pour plus d'information sur le festival cliquez ici.