Biennale de la Société belge d’Analyse musicale


La Société belge d’Analyse musicale a pour objet de promouvoir la pratique de l’analyse musicale sous toutes ses formes, notamment en organisant ou en soutenant des conférences, des réunions, des congrès, des concerts et toutes les activités pouvant contribuer à son objet; en publiant ou en soutenant des ouvrages et des périodiques concernant l’analyse musicale; en regroupant les praticiens et les théoriciens de l’analyse musicale, en favorisant les contacts entre eux, en les représentant auprès des autorités dont ils dépendent.

La Cinquième biennale d’analyse musicale aura lieu les 18 et 19 novembre 2019 au Conservatoire royal de Liège. La thématique retenue est Représentations et analyse : de l’harmonie, de la tonalité, de la forme, de la conduite des voix, etc., des musiques tonales et des autres. Il s’agira de s’interroger sur les présupposés de chacune des représentations (par exemple des chiffrages), sur leur signification, sur la façon de les comprendre et de les interpréter ; sur les représentations de musiques autres que tonale.


Programme

Lundi 18 novembre 2019

Conférences

10h. Nicolas Meeùs (IReMus, Paris) :
« Chiffrages harmoniques ».
Le chiffrage en chiffres romains est à ce point entré dans les usages de nos conservatoires qu’on ne s’interroge plus assez sur sa signification profonde. Nous en examinerons l’origine, les présupposés, la signification et la relation avec le chiffrage allemand des « fonctions tonales ». Nous nous interrogerons en outre sur la raison d’une représentation symbolique de l’harmonie.

10h45. Moreno Andreatta (IRCAM, Paris ; GREAM, Strasbourg) :
« Représentations transformationnelles au service des musiques actuelles ».
Dans cette présentation j’illustrerai l’intérêt de quelques représentations analytiques issues de l’approche transformationnelle au service de la popular music (rock, pop, jazz et chanson). On se concentrera en particulier sur l’analyse néo-riemannienne, dont je discuterai quelques enjeux théoriques liés aux multiples représentations géométriques et à leur modélisation informatique via l’environnement The Tonnetz.

11h30. Pause.
12h. Concert par des étudiants des classes d’écriture.
12h45. Pause déjeuner.

Ateliers.
14h. Les participants se partageront par moitié dans chacun de ces deux ateliers. Ils auront la possibilité de suivre le second atelier le mardi 19 novembre.
A. « Des classiques aux frontières de la tonalité – exploration des limites du chiffrage des degrés et/ou des fonctions tonales ».
Atelier animé par Fabian Balthazart (Conservatoire royal de Liège et Arts2) et Michel Lambert (IMEP).
B. « Quelques pistes de réflexion sur la forme-sonate ».
Atelier animé par Thierry Levaux (ULB)
15h30. Pause.
Conférence
16h. Arnould Massart (CRBxl) :
« Chiffrage en jazz »
Présentation de différents types de chiffrage en jazz accompagnés d’un commentaire critique.


Mardi 19 novembre 2019

Conférences
10h. Edward Vanmarsenille (Conservatoire royal de Liège) :
« La merveille de la basse continue ».
La Basse Continue a été un véritable « moteur » pour la musique savante en Europe occidentale. D’abord imaginée à la fin de la Renaissance comme moyen technique pour simplifier l’accompagnement de la polyphonie, elle va déclencher l’invention même de la seconda prattica et elle aura une influence immense sur la théorie, la composition et la pratique musicale des 17e et 18e siècles. Cette conférence retrace les grandes lignes de l’histoire de cette pratique « merveilleuse » et crée des liens avec la pensée musicale de grands musiciens jusqu’au 20e siècle.

10h45. Jean-Marie Rens (Conservatoire royal de Liège et Arts2) :
« Quelques pistes de réflexion sur les outils utilisés dans l’analyse de la musique sérielle ».
Dès la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’intérêt porté à la musique dodécaphonique de la seconde école viennoise a suscité de nombreuses publications analytiques. Force est de constater que sur le plan méthodologique, plusieurs d’entre elles s’apparentaient plus à un recensement comptable destiné à vérifier si le compositeur avait bien appliqué la consigne qu’à l’étude de la morphologie d’une série et à l’incidence que celle-ci pouvait avoir sur le déploiement de l’œuvre. Mais quand est-il aujourd’hui ? Quelles sont les méthodes à notre disposition pour tenter de comprendre plus profondément la démarche de compositeurs comme Schoenberg ou Webern ? C’est de quelques-unes de ces nouvelles stratégies ainsi que des outils qu’elles utilisent, dont il sera question lors de notre communication.
11h30. Assemblée générale de la SBAM.
12h15. Pause déjeuner.

Ateliers.

14h. Les participants choisissent l’atelier qu’ils n’ont pas pu suivre la veille.
A. « Des classiques aux frontières de la tonalité – exploration des limites du chiffrage des degrés et/ou des fonctions tonales ».
Atelier animé par Fabian Balthazart (Conservatoire royal de Liège et Arts2) et Michel Lambert (IMEP)
B. « Quelques pistes de réflexion sur la forme-sonate ».
Atelier animé par Thierry Levaux (ULB)

15h30. Pause.
15h45. Discussion générale.


Conservatoire royal de Liège

Espace Pousseur – Rue Forgeur 22 – 4000 Liège