Gauthier BERNARD

Écritures – Assistant

Né en 1984, Gauthier Bernard est un musicien liégeois d’origine verviétoise qui commença à apprendre l’orgue dès l’âge de 10 ans auprès de Patrick Wilwerth au Conservatoire de Verviers puis l’écriture à l’âge de 16 ans. C’est ensuite au Conservatoire royal de Liège qu’il a obtenu son diplôme d’orgue auprès d’Anne Froidebise. Il y a également acquis les diplômes d’Écriture Classique sous la formation de Joseph Gilet et, à l’IMEP, celui de basson avec Alain Cremers. Tous réussis avec Grande Distinction. Titulaire des orgues de la collégiale Saint Jean l’Évangéliste et de la chapelle Saint Roch à Liège, il mène une activité de concertiste intense en tant qu’organiste, bassoniste, claveciniste et carillonneur. A l’orgue, comme soliste ou accompagné d’autres musiciens, au basson dans divers orchestres ou dans des ensembles de musique de chambre (quintette à vent et trio hautbois, piano et basson), au clavecin et au positif avec l’ensemble Darius et enfin au carillon lors de concerts en Belgique et en France ; il est titulaire de l’instrument de la Collégiale Notre Dame de Huy et co-titulaire de la collégiale Saint Barthélemy et de la cathédrale Saint Paul à Liège. En tant que compositeur, il a écrit de la musique pour les instruments dont il joue mais aussi pour d’autres ensembles, comme des variations pour quatuor à cordes, cor et saxophone, une sonate pour alto et positif ou encore plusieurs pièces pour chant et piano. Certaines de ses pièces ont été jouées en concerts. Son style d’écriture est, le plus souvent, inspiré de compositeurs de différentes époques tels que, entre autres, Schubert, Vaughan Williams, Fauré, Bach ou Tournemire. Il a, par ailleurs, écrit plus librement ses 4 Esquisses pour carillon. Il a à cœur de transmettre son savoir en enseignant dans des académies et au Conservatoire royal de Liège. Durant ses études d’Ecriture Classique, il a rédigé un travail d’analyse approfondie ayant pour sujet l’étude, la comparaison et la critique de plusieurs traités d’harmonie. Il a poursuivi ce travail par la lecture de beaucoup d’ouvrages de références sur ce même thème. Riche de tout cela, il a créé sa méthode d’apprentissage de l’écriture musicale reprenant des exercices et des sujets de divers livres qu’il avait consultés et en créant d’autres. A côté de l’harmonie classique et du contrepoint baroque, il s’est plus spécifiquement intéressé à la musique romantique et post-romantique anglaise ainsi qu’au langage de G. Fauré.