Actualités de l’ESACT

DISCOURS DE RENTRÉE

► Retrouvez sur cette page le discours de rentrée de Nathanael Harcq, directeur général du Conservatoire royal de Liège et directeur de l’Esact.


L’ESACT hors les murs

Durant l’été, retrouvez les artistes lauréats et pédagogues de l’ESACT à travers la Belgique et  la France :


 
2-3/7 : Le Mystère du gant
(maison losseau à mons)

À deux, une comédienne et un comédien font vivre les onze personnages d’un vaudeville, se perdent dans les didascalies et performent les bruitages à la bouche. On y suit la vendetta de Gérard contre Raymond, venu enlever sa maîtresse Inès, la femme de Gérard, le jour où Frédéric, fils de Raymond, vient demander la main de Sophie, fille de Gérard, enceinte jusqu’aux yeux. Attention, vous n’en sortirez peut-être pas vivant·e! 

Créé par Roger Dupré et Léonard Berthet-Rivière
Mis en scène par Léonard Berthet-Rivière
Avec Muriel Legrand, Léonard Berthet- Rivière

 
INFOS & RÉSERVATIONS

 


 
3/7 : Patua nou
(parc du beffroi à mons)

Dominique Roodthooft et son équipe proposent 6 récits chantés et illustrés pour aborder l’exil de façon poétique. S’inspirant de la coutume des patachitras (Bengale de l’Ouest), dispositifs d’art narratif dessinés sur rouleaux, ils et elles transposent ce principe du récit imagé pour créer de nouvelles histoires en lien avec les migrations.

Chaque récit, illustré par des artistes différents, se base sur le vécu personnel des interprètes. Autant d’expériences à découvrir dans le cadre enchanteur des jardins du Beffroi…

Créé par le collectif Greta Koetz
Mise en scène par Thomas Dubot
Avec Marie Alié, Sami Dubot, Antoine Herbulot, Nicolas Payet, Léa Romagny

 
INFOS & RÉSERVATIONS

 


La méthode du dr. Spongiak
(7-28/7 : théâtre des doms)

Aucun doute, l’exquise Loïse a le génie de la sottise.

Quand fera-t-elle preuve de raison ?! Dimanche, le 18 mai de cette année 1930, il faut que l’impossible enfant soit raisonnable, polie et présentable car la soirée s’annonce… royale. Promptement, la fillette est emmenée chez un certain Dr. Spongiak. Très vanté à la radio, il semblerait que ce génial inventeur, à la pointe de la technologie, ait la solution pour que fleurisse l’âge de raison.

Créé par Moquette production
Mis en scène par Sabine Durand
Avec Julie Nathan / Vincent Huertas et Théodora Ramaekers

 
Infos & réservations

 


 
koulounisation
(7-28/7 : théâtre des doms)
© Hubert Amiel

En juillet 2018, j’étais dans une librairie à Alger. Je cherchais le rayon « Guerre d’Algérie », sans succès. Sur le point d’abandonner, j’ai fini par interroger la libraire qui m’a répondu : « Tous les ouvrages sur la Guerre d’Algérie se trouvent au rayon Révolution. ». Évidemment, oui : c’était une Révolution. Je ne l’avais seulement jamais nommée ainsi, et par conséquent jamais réellement pensée ainsi. La langue et les mots ont été parfois l’arme et les munitions d’un combat aussi injuste qu’inégal. De quoi la guerre d’Algérie est-elle le nom ? Comment dit-on « colonisation » en langue arabe ? Qu’est-ce que nous fait le langage ? Que fabrique- t-il comme histoire, politique ou monde commun ? Salim Djaferi mène l’enquête, charge et décharge les mots du colonialisme au fur et à mesure qu’il compose avec d’autres récits, d’autres mots, les siens. Son regard documenté nous indique les failles du nôtre et révèle les indices que notre Histoire a laissés au creux de notre langue.

Créé par Salim Djaferi
Mis en scène par Vincent Hennebicq
Avec Salim Djaferi

 
INFOS & RÉSERVATIONS

 


Qui a peur
(7-28/7 : théâtre des doms)

Comédie en vase-clos grandiose, cruelle et drôle de Tom Lanoye où le théâtre se fait la métaphore des dérives de notre civilisation contemporaine et le lieu de tous les massacres. Au cœur de cette bataille, s’affronteront le vieux monde et les nouveaux venus. Le choc sera intense, multiculturel, sans gagnant·e·s ni perdant·e·s. Claire et Koen forment un vieux couple à la scène comme à la ville, condamné à vie à jouer la même pièce ! Toutes leurs productions ont été un massacre sauf une qu’ils jouent et rejouent depuis des années dans des villes de province : Qui a peur de Virginia Woolf, ce standard du répertoire populaire qui met en scène un couple d’intellectuels alcooliques et obscènes.

Créé par Tom Lanoye
Mis en scène par Aurore Fattier
Avec Claire Bodson, Koen De Sutter, Leïla Chaarani et Khadim Fall

 
Infos & réservations


Paying for it
(7-28/7 : théâtre des doms)

Après de multiples rencontres auprès de travailleur.se.s du sexe, de policiers de la brigade des mœurs, de clients, les actrices et acteurs de ce spectacle incarnent la parole de ces personnes que notre monde veut rarement entendre. Les travailleur.se.s du sexe sont ici sur scène et nous parlent de leur métier, de leur vie, d’elles, de nous. De l’écriture du réel, puissante et contradictoire, nait une véritable question de société. On en sort changé ! Le spectacle espère réveiller des alliances en donnant la parole à ces femmes qui réclament qu’on cesse de les traiter comme des victimes ou des criminelles pour enfin les entendre et les regarder comme des personnes. Depuis la liberté qu’elles incarnent et que la société ne cesse de vouloir contrôler, les putes nous interpellent : Qu’est-ce que le sexe ? Quelle place lui donne-t-on dans nos vies ? Dans nos sociétés ? Que protège-t-on en refusant que ce soit un travail ? N’est-il légitime que dans le couple ? Que par amour ? Si on ne le reconnaît pas comme un service, alors le sexe c’est quoi ?

Créé et mis en scène par le collectif La Brute
Avec Jérôme De Falloise, Raven Ruëll, Marie Devroux, Martin Panel, Ninuccia Berthet, Julie Peyrat, Gabriel Bideau, Marion Gabelle, Ninon Borsei et Martin Rouet

 
Infos & réservations

la bombe humaine
(7-28/7 : théâtre des doms)

Fonte des glaces, acidification des océans, disparition des espèces animales et végétales… Un mot résume à lui seul l’impact de l’homme sur l’écosystème terrestre : anthropocène. L’ère des activités humaines qui, sous le joug du capitalisme, met à sac la richesse de notre planète. Vincent Hennebicq met le dérèglement climatique au cœur de la réflexion. Il s’en empare avec toute la complexité du sujet, y compris les incohérences. Comment peut-on vivre la catastrophe écologique au quotidien ? Quel geste compte ? Et comment vivre nos histoires d’amour ou faire du théâtre dans ce contexte alarmant ? Car pour faire sens, la démarche de création ne devrait-elle pas avancer « proprement » dans ses recherches ? Exit les voyages comme sources d’informations, les commandes sur Amazon ? Pas si simple.

Créé et mise en scène et interprété par Vincent Hennebicq

 
Infos & réservations


ma jeunesse exaltée
(8-15/7 : Avignon)

Pour sa dernière création comme artiste-directeur du Festival d’Avignon, Olivier Py revient à la forme épique. Ma Jeunesse exaltée s’inscrit en miroir à La Servante qui, en 1995, inaugura son aventure avec cette manifestation hors norme. Metteur en scène de théâtre et d’opéra, réalisateur mais aussi comédien et auteur, Olivier Py ancre son œuvre au cœur des préoccupations de ses contemporains afin de pouvoir ouvrir avec eux un dialogue, poétique et politique. Le théâtre est sa culture et son instrument : avec lui, le verbe se transforme en action. Ma jeunesse exaltée croit dans le public d’Avignon, toujours prêt à vivre de grandes épopées.

Créé et mis en scène par Olivier Py
Mis en scène par Olivier Py et Guillaume Gendreau
Avec Olivier Balazuc, Damien Bigourdan, Céline Chéenne, Pauline Deshons, Emilien Diard-Detoeuf, Xavier Gallais, Geert van Herwijnen, Julien Jolly, Flannan Obé, Eva Rami, Bertrand de Roffignac et Antoni Sykopoulos

 
Infos & réservations


désir, terre et sang
(9-21/7 : avignon)

Dominique Serron adapte de manière poétique, originale et subversive la trilogie rurale de Federico Garcia Lorca : « Noces de Sang », « La Maison de Bernarda Alba » et « Yerma ». C’est une histoire d’Espagne, de soleil andalou, de terre paysanne. Une histoire de mère, de sœurs, de filles. Une histoire d’amour, de fuite et de vengeance. L’histoire d’une société traditionnelle écrasante, d’une société des hommes. Un drame moderne gorgé de passions, le tout accompagné par la composition musicale de Line Adam et joué par 16 comédiens, chanteurs, musiciens. Lorca y livre son attachement à la terre, aux êtres humains mais aussi à la liberté d’être. Sous le chapiteau, les Baladins font résonner le souffle qu’il a initié en son temps avec sa troupe itinérante La Barraca. Un chant d’amour à la gloire de la poésie et à la fois une plainte, une mise en garde, un cri de révolte.

Créé par Les Baladins du Miroir et l’Infini Théâtre
Mis en scène par Dominique Serron
Avec Stéphanie Coppé, Elfée Dursen, Monique Gelders, Geneviève Knoops, François Houart, Sophie Lajoie, Virginie Pierre et (en alternance) Irène Berruyer, Léonard Berthet-Rivière, Andreas Christou, Merlin Delens, Aurélie Goudaer, Florence Guillaume, Gaspar Leclère, Léopold Terlinden, Julien Vanbreuseghem et Coline Zimmer.

 
Infos & réservations


détester tout le monde
(7-23/7 : avignon)

L’envie de vengeance pousse irrésistiblement au crime : comment calmer sa haine sans se déshonorer ? Comment pardonner les graves erreurs du passé sans les oublier ? Comment accueillir une personne accusée des pires crimes et lui donner une chance de recommencer sa vie ?

Adeline Rosenstein passe Eschyle à la centrifugeuse pour confronter les adolescents d’aujourd’hui à la question de la légitimité de la vengeance et leur raconter les balbutiements de la justice et de la démocratie. Écrit dans une langue espiègle et rabotée pour Thibaut Wenger et deux complices qui jouent tour à tour les hommes et les dieux, ce tourbillon loufoque et érudit nous entraîne en trois courts épisodes dans l’enchaînement des drames d’une famille de vainqueurs qui échappe à sa malédiction.

« Détester tout le monde oscille entre la puissance de la tragédie grecque et une distance cynique décapante. Derrière les jeux de mots improbables, les costumes délirants, les libertés folles prises avec Eschyle, ce sont des questionnements brûlants d’actualité qui surgissent. » Le Soir***

Adeline Rosenstein a écrit et mis en scène les spectacles documentaires Décris-Ravage et Laboratoire Poison. Thibaut Wenger a présenté à Avignon Platonov et Combat de nègre et de chiens. Il s’agit ici de leur première proposition pour le jeune public.

Créé par Adeline Rosenstein
Mis en scène par Thibaut Wenger
Avec Nina Blanc, Mathieu Besnard et Thibaut Wenger

 
Infos & réservations