Actualités de l’ESACT

DISCOURS DE RENTRÉE

► Retrouvez sur cette page le discours de rentrée de Nathanael Harcq, directeur général du Conservatoire royal de Liège et directeur de l’Esact.


tohu-bohu
11-12 novembre 2022, 20h30 – latitude 50 (marchin)

L’Ecole Supérieure des Arts du Cirque, l’Ecole Supérieure d’Acteurs et le domaine de la Musique du Conservatoire Royale de Liège investissent Latitude 50 !

Sortir…

Sortir du conservatoire, de l’école de cirque, du théâtre, et tenter de définir un nouveau territoire.

Se transformer en explorateur géodramatique, réinventer des formes performatives, des ritualités joyeuses où spectateurs, acteurs, musiciens et circassiens se retrouvent, s’approchent, se réchauffent, se frottent, transpirent, s’inspirent.

Durant 10 jours de résidence à Latitude 50, Sara Selma Dolorès, entourée de Fabian Fiorini et Emma Pourcheron, proposera aux 25 étudiants de L’École Supérieure des Arts du Cirque, de l’École Supérieure d’Acteur et du domaine de la Musique du Conservatoire Royal de Liège de penser et de mettre en action une esthétique de la bâtardise. De ces 10 jours résultera une soirée de représentation conçue comme une anti-carte d’identité où les spécialistes seront bâillonnés et les experts proscrits.

L’ESAC, École Supérieure des Arts du Cirque, se situe à Bruxelles et fait partie du panel des Écoles Supérieures Artistiques de la FWB, au même titre que le Conservatoire Royal de Liège qui regroupe en son sein l’ École Supérieure d’Acteur (ESACT) et le domaine de la Musique. Pour la première fois en Fédération-Wallonie-Bruxelles les étudiants de ces trois domaines artistiques se rencontrent.

DISTRIBUTION ESAC : Ellen Barnard, Catarina Da Cunha, Marceau Ehrmann, Simon Henry, Isabela Leles Amaral, Minna Marjamaki, Franco Pelizzari.
ESACT : Audrey Bommier, Pierre-Alexandre Blot, Xavier Foucher, Lucile Marmignon, Emma Paris, Laurène Hurst, Marion Eudes.
CRLG : Chloé Bayens, Gustavo Espinoza, Léone Dethier, Muriel de Lodi, Nelly Platiaux , Rosalie Ballereau, Xavier Géron, Soline Denis, William Dossogne.

L’ESACT hors les murs

Retrouvez les artistes lauréats et pédagogues de l’ESACT à travers la Belgique et  la France :


 
en une nuit
(Théâtre Jean Vilar de Louvain-la-Neuve, 8-19/11 ; Théâtre Varia de Bruxelles, 29/11-10/12)

Dans la nuit du 1er novembre 1975, Pier Paolo Pasolini a été assassiné sur la plage d’Ostie, près de Rome, dans des conditions qui, aujourd’hui encore, demeurent largement inexpliquées.

Près de cinquante ans plus tard, quatre artistes se retrouvent sur une scène de théâtre. Plongeant dans la nuit de ce meurtre, iels cherchent à en faire un spectacle. Oui, mais lequel ? Quelle histoire raconter, et comment ?

Création collective
Ecriture, mise en scène et interprétationFerdinand Despy, Simon HardouinJustine LequetteEva Zingaro-Meyer
Co-mise en scène et assistanatOrell Pernot-Borràs
Assistanat à la mise en scèneAntoine Herbulot
Photos de répétitionsAnnah Schaeffer

 
INFOS & RÉSERVATIONS


 
Portraits sans paysage
(Mars – Mons arts de la scène, 16-17/11 ; Théâtre de l’Ancre de Charleroi du 22-24/11)

D’où vient ce réflexe d’enfermement face à toute personne jugée indésirable ?

Il y a sur tout le territoire européen, des lieux qui enferment ceux que l’on veut rendre invisibles. Et ils se multiplient. Vantés comme des outils efficaces et incontournables des politiques migratoires, ou brandis aux yeux de potentiels nouveaux venus pour les dissuader de prendre route vers l’Europe, ces lieux de contrôle et de surveillance privent de liberté et soumettent à un régime carcéral des personnes qui n’ont commis d’autre crime que de ne pas être en ordre de séjour sur le territoire européen.

Mais l’enfermement ne s’exerce pas seulement dans les centres fermés pour étrangers en situation irrégulière en Europe. Partout dans le monde, les camps de réfugiés deviennent des laboratoires où s’expérimentent des outils de surveillance de plus en plus sophistiqués au mépris de la protection des données personnelles et du respect des droits civiques et humains. Calais a connu des containers où les exilés devaient se soumettre au contrôle palmaire pour accéder à leurs lits ; en Jordanie, les réfugiés passent chaque jour leur iris au scanner pour qu’on leur délivre le lot de nourriture auquel ils ont droit.

Conception : Nimis Groupe
Porteuse de projet : Anne-Sophie Sterck
Mise en scène, dramaturgie & interprétation : Jeddou Abdel Wahab, David Botbol, Pierrick De Luca, Tiguidanké Diallo Tilmant, Fatou Hane, Anne-Sophie Sterck, Sarah Testa & Anja Tillberg
Co-mise en scène et dramaturgie : Yaël Steinmann
Écriture : Anne-Sophie Sterck & collective
Assistanat général : Ferdinand Despy

 
INFOS


points de rupture
(Les Halles de Schaerbeek, 17-18/11)

Après une trilogie sur la mécanique du profit et une conférence décalée sur l’impuissance du politique face au secteur financier, Zoo Théâtre poursuit son travail d’écriture scénique. Avec Points de rupture, Françoise Bloch et ses acteurs explorent ces moments où un être rompt avec le système et/ou le groupe dans lequel il est inscrit pour tracer une autre ligne.

Avec : Elena DoratiottoJules PuibaraudAloula Watel, Aymeric Trionfo
Mise en scèneFrançoise Bloch
Faussaires ShakespeariensFrançoise Bloch, Jules Puibaraud, Olivier Saccomano
1ère assistante à la mise en scène : Cécile Lecuyer
Collaboration artistique et dramaturgie vidéoYaël Steinmann
Improvisation musicaleAlberto Di Lena
Assistanat des ateliers de rechercheMarie Devroux

 
Infos & réservations


Des Caravelles et des batailles
(Théâtre des Martyrs de Bruxelles, 9-13/11)

Un lieu a priori banal peut-il devenir le plus bel endroit du monde ? Un foyer pour l’imagination, un espace de construction d’utopie ? Ce spectacle à l’humour fantaisiste, librement inspiré de La Montagne magique de Thomas Mann, est un formidable ferment pour l’imaginaire.

Créé  et mis en scène par Elena Doratiotto et Benoit Piret
Avec Elena DoratiottoBenoit Piret, Salim Djaferi, Gaétan Lejeune, Jules Puibaraud et Anne-Sophie Sterck 

 
Infos


 
 
koulounisation
(Romanian National Theatre Festival de Bucarest, 5-6/11 ; Théâtre des 13 vents de Montpellier, 19/11 ; Théâtre du Rideau de Bruxelles, 29/11-9/12)
© Hubert Amiel

En juillet 2018, j’étais dans une librairie à Alger. Je cherchais le rayon « Guerre d’Algérie », sans succès. Sur le point d’abandonner, j’ai fini par interroger la libraire qui m’a répondu : « Tous les ouvrages sur la Guerre d’Algérie se trouvent au rayon Révolution. ». Évidemment, oui : c’était une Révolution. Je ne l’avais seulement jamais nommée ainsi, et par conséquent jamais réellement pensée ainsi. La langue et les mots ont été parfois l’arme et les munitions d’un combat aussi injuste qu’inégal. De quoi la guerre d’Algérie est-elle le nom ? Comment dit-on « colonisation » en langue arabe ? Qu’est-ce que nous fait le langage ? Que fabrique- t-il comme histoire, politique ou monde commun ? Salim Djaferi mène l’enquête, charge et décharge les mots du colonialisme au fur et à mesure qu’il compose avec d’autres récits, d’autres mots, les siens. Son regard documenté nous indique les failles du nôtre et révèle les indices que notre Histoire a laissés au creux de notre langue.

Conception et interprétation : Salim Djaferi
Collaborateur artistique : Clément Papachristou
Regard dramaturgique : Adeline Rosenstein
Aide à l’écriture : Marie Alié et Noureddine Ezarraf
Écriture plateau : Delphine De Baere
Scénographie : Justine Bougerol et Silvio Palomo
Création lumière et régie générale : Laurie Fouvet
Photo visuel : Marie Alié
Développement, production, diffusion : Habemus papam

 
INFOS & réservations


labo poison
(Théâtre des 13 Vents de Montpellier, 16-18/11)

Il arrive qu’un groupe minoritaire refuse de se soumettre à un système qui exerce une violence sur lui. Lorsque ce groupe s’organise clandestinement, il doit faire face au soupçon de trahison. C’est l’amitié qui est alors attaquée.

Avec : Aminata Abdoulaye Hama, Marie Alié, Habib Ben Tanfous, Marie Devroux, Salim Djaferi, Thomas Durcudoy, Rémi Faure El Bekkari, Titouan Quittot, Adeline Rosenstein, Talu, Audilia Batista en alternance avec Christiana Tabaro, Jérémie Zagba en alternance avec Michael Disanka
Conception, écriture et mise en scène : Adeline Rosenstein
Assistante à l’écriture, dramaturgie & mise en scène : Marie Devroux

 
Infos & réservations


Final Cut
(
Théâtre de Belleville de Paris, 2-30/11 ; Le Safran d’Amiens, 15/11)
© Marie-Françoise Plissart

Final Cut, une histoire familiale sur fond de décolonisation.

Le projet Final Cut a été créé en 2018 au Théâtre Océan Nord, avec la collaboration d’Isabelle Pousseur. L’année suivante, il a été programmé au OFF d’Avignon, au Théâtre du 4ème Art à Tunis, et au Centre Wallonie-Bruxelles à Paris.

Le récit de Final Cut évoque l’enfance et l’adolescence de Myriam, marqués par la folie de sa mère et l’absence de son père. Puis un chemin de ténacité, d’ahan, pour retrouver des traces d’une personne et d’une vie refoulée, mais aussi de l’amour de ses parents dont l’époque le rendait transgressif et intolérable.

Créé par Myriam Saduis
Mis en scène par Myriam Saduis
Avec Myriam Saduis et Pierre Verplancke

 
Infos & réservations

si j’étais moi
(Théâtre des Martyrs de Bruxelles, 29/11-10/12)

Sven Punti Larsen, héritier d’une fortune mondiale et homme d’affaires puissant, sa sœur, Emma, artiste, ainsi que leur chauffeur et garde du corps, Mat, entament une dérive urbaine effrénée et passablement alcoolisée, du lounge d’un hôtel de luxe à la friterie Jourdan en passant par le sommet de l’Atomium. Tout à la fois acteur·ices et narrateur·ices, les trois personnages habitent cette comédie grinçante qu’il·els peuplent de visions et d’archétypes : le puissant, le sans-grade et la sorcière.

Metteur en scène : Mathias Simons
Avec : Marie-Hélène Balau, Fabrice Schillaci et Audric Chapus
Écriture : Mathias Simons
Collaborateur·ices écriture : Marie-Hélène Balau, Fabrice Schillaci et Audric Chapus
Costumière : Marie-Hélène Balau

 
Infos & réservations

la grotte
(Théâtre National, 12-13/11)

Adeline est guide dans une grotte préhistorique. Sa sœur, Judith, est une artiste contemporaine qui galère un peu pour survivre.

Alors qu’Adeline nous fait visiter la grotte à la recherche des signes laissés par nos ancêtres à l’époque préhistorique, Judith fouille la cave de la maison familiale à la recherche des traces de son propre passé.

Metteur en scène : Clément Papachristou
Avec : Marthe Wetzel et Noémie Zurletti
Écriture : Clément Papachristou, Marthe Wetzel et Noémie Zurletti
Dramaturge et assistant mise en scène : Salim Djaferi

 
Infos & réservations


le jardin
(Théâtre National, 10-11/11)

Sur un bout de terrain, une bande d’énergumènes voit son existence passablement remuée par le retour de l’une des leurs, Marie, qui est enceinte et se prend pour la Vierge. Les journées défilent pour elle·ux, tantôt inquiet·es, tantôt béat·es, leurs actes et leurs paroles deviennent les paraboles d’un évangile insolite, aux accents rabelaisiens, grotesques et imparfaits.

Conception : Collectif Greta Koetz
Metteur en scène : Thomas Dubot
Avec : Marié Alié, Sami Dubot, Antoine Herbulot, Nicolas Payet et Léa Romagny
Écriture : Marie Alié, Sami Dubot, Thomas Dubot, Antoine Herbulot, Nicolas Payet et Léa Romagny

 
Infos & réservations


les fils de hasard, espérance et bonne fortune
(Manège Fonck de Liège, 8-26/119-21/7 : avignon)

Salvatore, Luigi, Benito, Italo, Filipo, Antonio, Modesto…​

Il y a 70 ans, ils vivaient quelque part en Italie. Un beau jour, l’Histoire a orienté leur destin.

En juin 1946, la Belgique et l’Italie signaient les «accords du charbon». La Belgique s’engageait alors à envoyer, chaque jour, en Italie, quelque 200 kilos de charbon par ouvrier mineur expédié.

Projet porté par : Martine De Michele/En Cie du Sud (D’après Francis D’Ostuni/Théâtre de la Renaissance)
Assistanat Cécile Lecuyer, Camille Paulus
Chants Alberto Di Lena
Costumes Marie-Hélène Tromme
Jeu Patrick Bebi, Karim Daher, Catherine De Michele, Alberto Di LenaRenzo EliseoSalvatore Eliseo, Mohammed El Kouchi, David Irzi, Valerie Kurevic, Gianni La RoccaCécile Lecuyer, Baudouin Lefebvre, Martine Léonet, Camille Paulus, Alexia Rorive, Isabelle Roselli, Manu Savini, Dominique Tack, Marie-France Taeter, Damien Trapletti.

 
Infos & réservations


appellation sauvage contrôlée
(Théâtre de Namur, 29/11-03/12)

Dans un seul en scène puissant, Hélène Collin nous immerge à Wemotaci, une des trois communautés de la Nation Atikamekw, dans ce qu’on appelle aujourd’hui le Québec. Témoignages et sensations, voix et paysages se percutent sur scène et font de l’artiste une porteuse de la parole vivante.

C’est l’histoire d’une rencontre : celle d’Hélène Colin, d’origine namuroise, avec le territoire de Wemotaci, village Atikamekw au bord d’une colline, officiellement « réserve indienne ». Des terres ancestrales, des lacs qui ressemblent à des mers, des immensités forestières coupées à blanc pour l’extraction des ressources. Un voyage initial bouleversant, suivi d’autres voyages qui nourriront son envie de partager sur scène le chemin accompli aux côtés des Atikamekws, des Innu et des Kanienkehaka et d’immerger les spectateurs dans ces territoires.

Tout cela restitué par le travail du son, de la vidéo et de la parole. « C’est un seul en scène mais je ne suis pas seule, il y a tout un monde avec moi » pour raconter le rapport au temps, à la parole, à la terre, à la vie et à la mort. Pour nommer la violence d’un génocide en cours, donner à entendre les expériences traumatiques des pensionnats autochtones, la ségrégation, les spoliations des territoires, et questionner l’avenir. La fin du spectacle ouvre sur un horizon de nouveaux possibles, en réactivant un traité ancestral présenté pour la première fois de ce côté-ci du monde.

Hélène Collin ne s’approprie pas une parole ou une culture mais tente de s’en faire le relais dans une dimension respectueuse qui cherche la juste place. Une matière dense, transmise avec intensité et humilité, justesse et douceur.

De et avec : Hélène Collin

 
Infos & réservations


norman, c’est comme normal, à une lettre près
(Théâtre Varia de Bruxelles, 8-12/11 ; Théâtre de la Montagne Magique de Bruxelles, 16-19/11 ; Théâtre de Liège, 22-24/11 ; Le Grand Bleu, de Lille, 29/11-03/12)

À première vue, Norman est un petit garçon tout à fait comme les autres. Mais voilà qu’un beau jour, à l’âge de sept ans, il décide de mettre une robe pour aller en classe. Ce qu’il aime par-dessus tout, c’est la sensation du vent qui s’engouffre entre les plis du tissu, la caresse sur sa peau, et l’impression de s’envoler lorsqu’il tourne sur lui-même. Avec sa jolie robe, douce comme un petit goût de liberté, Norman a tout pour être heureux ! Mais, sur le chemin de l’école, son nouveau look ne fait pas l’unanimité…  

Direction et chorégraphie : Clément Thirion
Écriture et dramaturgie : Marie Henry
Interprétation : Antoine CogniauxDeborah Marchal, Lylybeth Merle

 
Infos & réservations (théâtre varia)
Infos & réservations (théâtre de la montagne magique)
Infos & réservations (théâtre de liège)
Infos & réservations (le grand bleu)